• Esclave dans mon pays


    Si je te dis, je suis esclave.
    Que dirais-tu ?
    Il y a encore des esclaves.

    Aujourd'hui sur cette terre…
    J'étais esclave dans mon propre pays.
    Avec des personnes qui avaient

    Le droit de vie ou de mort sur moi,
    Des personnes, autrement dit,
    Qui avait un droit.

    De propriété sur autrui,
    C'étaient mes parents.
    Un commerce en pleine expansion,

    Les marchés d'esclaves…
    Mes propres parents
    Ne pouvant plus me nourrir,

    C'est ce qui m'est arrivé.
    Et vraiment, je l'ai vécu.
    Vendu à l'âge où je pouvais

    À peine porter un seau d'eau,
    Vendu par mes propres parents…
    Nous habitions un petit village.

    Où se rependaient la mort et la misère,
    Dur pour moi pour comprendre ces choses-là,
    D'admettre ces abus auxquels j'étais exposé…

    Auteur Françoise Le Vaillant


    votre commentaire
  • Entrons dans la danse.

    Entrons dans la danse de la vie.
    Rien n'est jamais fini.
    Un instant de bonheur...


    Allons danser jusqu'à l'infini,
    Et après nous verrons bien demain
    Car la vie est un bonheur ainsi,


    Et voilà, on fait le premier pas le plus sympa
    En se collant l'un à l'autre,
    Nous voilà enlacés dans nos bras,


    Et c'est pour cela que je voulais tant.
    T'apprendre
    Ce qu'est le bonheur en soi,


    Ne change jamais de cavalier.
    Un rein n'est plus facile, comme cavalier.
    Que ce que t'inspire cette danse,


    Qui interrompt ce silence.
    Et les yeux dans les yeux
    Dans une danse langoureuse,


    Nous voilà partis
    Dans une ronde folle
    En caressant tes cheveux


    Qui me cache les yeux.
    Veux-tu faire avec moi un pas de trois,
    Viens, dansé la vie avec moi,

    Auteur Françoise Le vaillant


    2 commentaires
  •  

    Eldorado

    Il a des rêves plein les yeux.
    Ses yeux levés au ciel,
    Contemplant les étoiles.

    Au milieu des rêves colorés,
    Comme s’il avait trouvé la clé du paradis.
    On a déjà quelque peine à juger l'étranger.

    Qui vient librement chez vous.
    Avec des rêves, des chimères,
    Eldorado pour la vie.

    Tous ces yeux braqués
    Vers ce pays qu'on voudrait
    Voir à travers les nuages,

    Ô, pays, nos yeux vers toi sont figés.
    Scrutant le ciel dans l'espoir
    D’y voir un présage

    Apporté par un signe,
    Emporté vers le pays des rêves.
    Que j'aime ta musique

    Envoûtante qui t'accompagne...
    Mais tes pieds resteront toujours.
    Prisonniers de cette terre,

    Tes yeux brilleront encore.
    À travers les nuages.
    Mais cependant, il faut qu'il aime.

    Quelque chose une dernière fois,
    Il se blottit tendrement contre lui.
    Ce qui reste de sa vie.

    Les yeux rougirent le fixe tendrement.
    Je suis devenue son amie.
    J’étais au milieu d’élus de Dieu.

    Les étoiles brilleront.
    Encore comme des phares,
    Guidant les pas de tous ceux
    Qui sont à la recherche d'un chemin.
    À chaque pays sa misère
    D'autres pas brûleront.

    Encore notre terre…
    Vers ce pays qu'on voudrait
    Voir à travers les nuages

    Auteur Françoise Le Vaillant


    2 commentaires
  • Chaque nuit

    Entre mes bras
    Je veux te voir.
    Coeur fidèle d'un amour
    Qui se meurt... C'est encore la voix.
    Qui résonne dans l'écho.
    Le temps s'oublie.
    Un sourire se fige.
    Sur mes lèvres, nonchalantes,
    Ma vieille misère,
    Par une nuit qui m'enveloppe,
    Chaque jour plus noir,
    Rien ne luit plus à mes yeux.
    Dans la nuit profonde,
    Ma robe d'or m'inonde,
    Mes jambes se glissent.
    Il est doux de pleurer.
    Mon doux sourire n'est plus.
    Au souvenir des maux
    Quand on aime...
    Je veillerai plus sur chacun.
    De mes jours,
    Les souvenirs s'éloignent.
    Chaque jour davantage
    De ce qui les a fait naître,
    Il n'y a plus que des mots.
    La terre des mots,
    Je leur oppose.
    Aucune objection,
    Pas le moindre souffle
    Porté par le temps
    Sur le souffle rauque
    De l'hiver monolithe,
    Dans la caresse de la nuit,
    Un (je t'aime.) coulant
    Dans le vent froid
    Des marécages et des vœux,
    Je ne suis qu'une larme.
    Posée là sur ton tendre sourire…

    Auteur Françoise Le Vaillant


    votre commentaire

  • Comme un cri de douleur


    Dieu n'existe que pour ceux qui vivent heureux.
    Je crache à les pieds.
    De toute mon arrogance, je te défie.
    Viens au milieu de la piste infinie.
    Pour combattre ma vie déjà presque finie,
    Chaque jour, ma mère se meurt.
    Je ne veux que la justice lui soit rendue.
    Je cherche le sacrifice sans artifice.
    Je suis ce chien qui mord à la gorge.
    Pour ne jamais plus entendre crier,
    Pour que ces vampires des vieux manoirs,
    Je peux me donner le goût du sang.
    Pour égorger ma terre entre mes dents,
    L'alcool me manque toutes les nuits.
    À me rendre fou alors je tombe au sol,
    Mais le sol est si dur et si froid.
    C'est sûrement mon prochain cercueil.
    Dans le tréfonds de mon effroi,
    Je cherche toujours une voix posée.
    En moi comme un rouleau de compresseur,
    La vérité, c'est que je ne vois vraiment pas
    Que toi dans mon désarroi,
    Je veux crier et ne plus m'arrêter.
    Comme un fou bon à en fermer à cause
    De la cruauté d'un monde qui m'a désabusé,
    Je veux les mots pour exorciser ma douleur.
    Dans les cavités de mon cœur qui se meurt,
    J'en ai voulu à mon malheur.
    J'ai dû commettre des erreurs.
    Je veux gagner mon honneur.
    Comment dire aux gens qu'on les aime ?
    Quand on n'est plus le même,
    Je me déteste comme la peste.
    Tout comme je déteste.
    Ces écrits fait de douleurs,
    Qui vont me faire tomber dans l'infini abîme
    De mon impuissance interdite,
    La mort comme un sort qui me ronge,
    Fait couler les larmes comme
    Des larmes qui m'entaillent l'âme,
    Le scalp à la main, j'attends l'appel,
    J'attends que tu m'ouvres les portes.
    D'un autre monde…

    Auteur Françoise Le Vaillant


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique