• Cœur semblable au tien

    Sur la mer, je voguerai.
    En songeant à toi, voyageur
    Les vagues bercent mon cœur.
    Mon cœur crie de douleur.
    Pour cette femme amoureuse
    Vie une liaison dangereuse
    Tes yeux représentent ma sphère lumineuse.
    Plus beau qu'un bouquet de fleurs sauvages
    Le corps exalte sur les vagues.
    Quand nos regards se croisent
    À la rencontre, nos âmes unissent.
    Se mêle à la couleur flamboyante,
    Quand tu me fais rêver
    Quand le soleil se lèveras
    Toi la clé de mon univers
    Qui se traduire en un seul vers,
    J'empêcherai le vent de courir.
    La fleur solitaire de mourir,
    L'oiseau aérien si prodigieux
    De voler, par de là les cieux
    Même, par amour mon cœur,
    Et mon corps s'en flamme.
    Ôte ce qu'il y a dans mon âme.
    Personne ne m'empêchera pas te dire : « Je t'aime ».
    Et mon fait révéler la passion
    Celui dont je préfère cette adoration,
    L'esprit s'allège à l'arôme cuivré.
    Tes lèvres sont mon joyau doré.
    Le bonheur s'envolera au vent.
    Qui sans cesse, en ce moment,
    C'est d'être honnête dans la vie.
    C'est éventuellement un bonheur de survie.
    Le poète sombre dans le désespoir.
    Tes cheveux sont des épis dorés.
    Ton visage est un champ de blé.
    Et Bien plus doux, qu'un d'uvée.
    Toi qui émets tant de volupté.
    Je veux que tout moment, tu sois à mes côtés.
    Tu me dis de ne pas pleurer et de plus penser.
    Je te promets que je vais essayer.

    Auteur Françoise Le Vaillant


    votre commentaire
  • Ce n'est qu'un au revoir

    Il y avait toujours au fond de ses yeux
    Cette étincelle qui le rendait joyeux,
    Et sa voix qui berçait mes nuits.

    Les années sont là,
    De sa présence il me réconfortait,
    Tant qu'il était près de moi,

    Rien ne pouvait ne pouvais prédire.
    Que nos chemins nous éloigneraient.
    Je sens toujours sa présence...

    Je sais que notre amour n'est pas fini,
    Je suis restée égale à moi-même.
    Le jour où l'on s'est quitté,

    Je me suis sentie seule, désespérée,
    Je souffrais de son absence,
    J'ai versé bien des larmes.

    Seules toutes les nuits,
    Au fond de mon lit,
    Bien des fois je m'assoupissais,

    Je ne vivais plus.
    La vie s'est arrêtée ce jour-là,
    Devant ce changement si soudain,

    Malgré le temps,
    Nous n'avons pu nous reconstruire,
    Ce sont les aléas de la vie.

    Nous avons eu de bons moments,
    Je l'aimais, ça c'est sûr,
    Malgré ses inventions qui le faisaient rougir,

    Et ses prises de tête, jamais satisfait,
    On revenait toujours sur le même sujet,
    Sur ses mensonges, souvent très discrets.

    Je me suis mise à l'écart pour ne pas l'entendre,
    Il me parlait d'amour, je ne l'entendais plus,
    J'apercevais la noirceur dans son cœur,

    Il me disait des mots,
    Je n'attendais que le bonheur…

    Auteur : Françoise le Vaillant


    4 commentaires
  • Au cœur de l’automne

    Au cœur de l'automne,
    Où tout frisonne,
    Assis là, près d'un arbre
    Habillé en vert,
    Comme un vers de Prévert.
    Une guêpe butinant ce renouveau,
    Chacun s'habillant de nouveau,
    Le temps a laissé son manteau.
    J’écoute, assis au bord du ruisseau.
    Les arbres dépassant des toits,
    Qui me berceront de leurs palmes.
    En voulant me distancer,
    La cloche sonne l'angélus.
    Qui nous rappelle que le soleil.
    Va bientôt se coucher.
    Une brise au cœur
    Que l'on brise,
    Ô ! L’automne
    De toutes les vertus,
    Quand il se donne
    Sur un petit tronc d'arbre,
    Plus vert et plus léger,
    Une feuille sur l'arbre
    Sommeille, attendant.
    Que la nature s'éveille,
    Se levant vers le ciel,
    Passant tout l'après-midi
    Cachée dans un endroit
    Tenu secret,
    Respirant l’air frais.


    Auteur Françoise Le Vaillant


    votre commentaire
  • Amour d’une vie

    Par ce soir d'hiver,

    Nous nous sommes rencontrés.

    Même les mots échangés concordaient.

    D'un ton joyeux, on s'est dit oui.

    Et tu me fais vivre ce bonheur !

    Aujourd'hui, je suis bien.

    Malgré les aléas de la vie,

    « Je t'aimerai toute la vie ».

    Je rêve de toi toutes les nuits.

    Mes rêves sont devenus un conte de fée.

    Comme la neige couvrant la plaine.

    Je pense à toi soir et matin.

    Tous les jours, je ne vois que par toi.

    Mon cœur ne vit que pour toi.

    Ma vie rime avec le son de ta voix.

    Tu es ma vie, jusqu'à la prunelle de mes yeux.

    Tu me rends heureuse.

    Tu me fais découvrir une vie pleine de douceur.

    Jusqu'à ce que mon corps en demande encore.

    Je ne suis rien sans toi.

    Ma vie ne sera plus comme les jours de pluie.

    Tu es le plus précieux à mes yeux.

    C'est pour cela que je te veux.

    Pour t'aimer et t'adorer,

    Te combler de gentillesse et de baisers.

    Auteur : Françoise le Vaillant


    votre commentaire
  • Amour retrouvé

    Quelques minutes près de toi,

    Mon cœur se met à battre pour toi,

    Dès les premiers instants où je te vois.

    J'ai senti cette froideur revenir,

    La confiance d'un instant,

    L'espoir d'un moment.

    Quelques jours encore avec toi,

    Prends-moi dans tes bras,

    Besoin de câlin

    Dans ce matin chagrin, Vœu universel,

    Rapport exceptionnel. Jour après jour,

    Le temps changera,

    Et notre amour naîtra encore plus fort.

    Ceci est mon destin,

    Loin des chagrins,

    Loin de tes chimères.

    Le passé fera le reste,

    Un amour retrouvé

    Près de toi pour toujours,

    Qui me fait rêver chaque jour,

    Sur tes collines où les arbres fleuriront,

    Reviendra pour la belle saison.

    Cet anneau d'or, C'est à toi que je le mettrai

    En signe d'amour,

    Pour que tu penses à notre belle amitié,

    On s’unira devant cet autel à tout jamais.

    Auteur : Françoise le Vaillant


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique