• Poème

    Claire était la nuit.

    Par cette nuit sans clair de lune,
    Seuls quelques nimbus
    S’avancent pour faire place à la nuit éclairée
    Où aucun son n’est perceptible,
    En dehors de ma respiration,
    Moi qui contemple ce ciel.
    Et ce sont quelques pépites blanches.
    Essayant de se distinguer,
    Annonçant une journée ensoleillée,
    Où le ciel vert émeraude ne veut pas s’endormir.
    Douce rêverie par cette nuit sans sommeil,
    Nuit silencieuse par-delà la voix céleste,
    Où les ombres jouent un prélude à la dame brune,
    Accompagnés par quelques symphonies
    Quand le carillon sonne minuit.
    En savourant ces moments imprégnant
    L’empreinte de mes pas,
    De mes yeux qui la déshabillent,
    Semblant vouloir m’assoupir,
    Je glisse mes vers sur cette terre.
    En contemplant ce firmament,
    Me laissant à ma guise
    Le copinage des mots,
    Pour que je les subtilise
    À la douce nuit sans clair de lune,
    Savourant la fraîcheur du soir
    Sur ces gouttelettes vaporeuses,
    Fermant ces pépites de lumière
    Sur les notes de musique
    D’une nuit, claire était la nuit.

    Auteur Françoise le vaillant

    « PoèmePoème »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :